Drinkable Rivers TM CC

Indicators for Healthy Living - indicateurs d'une vie saine
 

« Il y a quelques générations à peine, toutes les rivières étaient buvables. Aujourd’hui presque plus aucune ne l’est … » 
« Avoir des rivières potables signifie que l’ensemble du système socio-écologique dans la totalité du bassin versant est en bonne santé »


Li An Phoa - Drinkable Rivers 1


Ce constat est à la base de l’initiative d’une jeune scientifique néerlandaise : entreprendre une longue marche en bord de Meuse qui l’emmènera de la source du fleuve jusqu’à à son embouchure.

Li An Phoa est née à Rotterdam. Bardée de 3 masters (économie, philosophie et écologie), elle a enseigné dans plusieurs universités européennes dont Rotterdam où elle donne toujours des cours. Elle a aussi fondé sa propre école : le Spring Collège.

 

A 37 ans, Li An Phoa est déjà une personnalité. C’est pourtant en toute simplicité, souriante et enthousiaste qu’elle a entamé son périple qu’elle qualifie de premier pas. Elle souhaite sensibiliser et impliquer toute personne intéressée, mener une réflexion collective et envisager des actions partagées dont la finalité ultime est un retour à des rivières saines.

 

« Partout dans le monde, tout le monde appartient à un bassin versant et en a besoin quotidiennement » 1

Son initiative est personnelle et entend montrer qu’un cours d’eau doit être appréhendé dans sa globalité, en tant que bassin-versant, de la source à l’embouchure, à travers les différents acteurs et utilisateurs. C’est seulement par une approche globale que l’on atteindra l’équilibre d’un cours d’eau pour y assurer durablement la qualité de l’eau, de l’environnement et du cadre de vie des habitants.

Par sa démarche et les nombreux contacts qu’elle établit, Li An entend montrer que chacun à son niveau peut faire quelque chose : que chacun peut se dépasser dans le but d’améliorer la situation.

« Tout le monde peut se dépasser pour cet objectif. L’implication de chacun compte » 1

Cette marche est un véritable exemple du dépassement de soi. Durant son périple, Li An marche plus qu’elle ne dort (environ 4 heures par nuit). Sans chercher la facilité, elle suit fidèlement le tracé de la Meuse dont les abords sont encore parfois sauvages. Son quotidien dépend de l’accueil de ses « Anges de la Meuse », ces riverains qui, au hasard des rencontres,  lui offrent gîte et couvert.

 

 

 

Le 20 juin, la CILE a accompagné Li An le long des quais de la Meuse à Liège, dont les nouveaux aménagements reconnectent la ville avec son fleuve.

 


La CILE est un important acteur du bassin de la Meuse. Elle approvisionne en eau potable l’une des principales agglomérations du fleuve, plus de 650.000 personnes, depuis la ville de Huy jusqu’à la frontière néerlandaise.

Son rôle est fondamental pour la qualité de vie des citoyens et elle s’implique chaque jour au profit de la qualité de l’eau, de l’environnement et du cadre de vie dans cette partie densément peuplée du bassin, à la charnière entre les régions wallonne et flamande, l’Allemagne et les Pays-Bas.

 

 

Avec Li An, nous avons échangé nos visions sur le rôle que peut jouer une entreprise comme la nôtre.

 

  • Sur la qualité de l’eau, de la nature et de la biodiversité qui sont indissociables.

En protégeant les masses d’eau souterraines qu’elle exploite pour produire l’eau potable, la CILE contribue à sensibiliser et impliquer les acteurs concernés sur de vastes territoires, participant à préserver aussi les rivières qui sont leurs exutoires naturels. Elle défend la promotion d’usages rationnels et durables des ressources, donnant elle-même l’exemple de pratiques favorables à la nature et à la biodiversité par la gestion différenciée de ses espaces verts, dont l’éco-pâturage.

  • Sur le thème du cadre de vie et de la réappropriation par le citoyen de la notion de l’accès à l’eau : comment dans les pays développés, chacun de nous a accès à de l’eau de qualité jusqu’à son robinet qu’il suffit d’ouvrir, sans se poser de question, pour satisfaire nos besoins variés, tant alimentaires que de confort.
  • En expliquant l’histoire de nos réseaux de distribution, comment ils ont permis d’améliorer la santé et le confort des citoyens en amenant l’eau de qualité jusqu’au sein des foyers.
  • En montrant aussi comment les réseaux de distribution permettent d’alimenter nos espaces publics en eau :

- les bornes fontaines disposées à quelques points stratégiques de la cité, où promeneurs et visiteurs peuvent gratuitement se désaltérer ;
- les fontaines publiques qui deviennent des lieux de convivialité où les gens pourraient se rafraîchir en toute sécurité.

 

 

  • En organisant des campagnes de sensibilisation telle que l’implication de jeunes dans un processus de réflexion globale, et prenant en compte leur vision de l’eau demain, dans leur agglomération (ressources, usages…).

 

 

Pour plus d’information sur l’initiative de Li An Phoa, rendez-vous sur le site web de « Drinkable Rivers » à cette adresse : http://drinkablerivers.org/
Si vous le souhaitez, vous pouvez également signer la lifeline, sorte d’engagement à faire un pas vers des rivières potables.

 



1Credits : Li An Phoa - Drinkable Rivers - The Project (website)