Contrôler et entretenir votre installation

Comment distinguer votre installation de notre raccordement ?

Notre raccordement, c’est l’ensemble des canalisations et appareillages utilisé pour l’alimentation en eau d’un immeuble, depuis la prise effectuée sur la conduite mère de distribution jusqu’au compteur inclus.

Votre installation privée de distribution, ce sont les canalisations, accessoires et appareillages installés en aval du compteur, joint de sortie inclus.

raccordement

L’entretien de votre installation privée de distribution est primordial pour garantir la qualité de l’eau à votre robinet. Nous nous chargeons de l’entretien et de la maintenance du réseau extérieur ainsi que des raccordements, c’est-à-dire avant et jusqu’au compteur inclus. Après le compteur, joint inclus, vous êtes responsable de l’entretien, qui se fait à vos frais. 

Votre responsabilité est également de préserver l’intégrité du raccordement et du compteur. Nous rappelons qu’il vous est interdit de démonter, déplacer, modifier ou réparer un élément quelconque de la partie publique du raccordement, c’est-à-dire celle qui nous appartient (avant et jusqu’au compteur). Si des réparations sont à faire sur cette partie du raccordement, seuls nos services sont compétents pour intervenir. Par ailleurs, si notre intervention est due à un éventuel mauvais usage de votre part (dégradations, gel, retour d’eau…), vous devrez prendre en charge nos frais de remise en état.

C’est également valable pour le robinet d’arrêt situé avant le compteur d’eau, qui ne peut être manipulé que par le distributeur, sauf dérogation explicite du distributeur. Si l’alimentation en eau doit être fermée, elle doit l’être à partir du robinet d’arrêt situé après le compteur d’eau.  

Pour éviter les mauvaises surprises et la dégradation de la qualité de votre eau, voici nos conseils pour contrôler et entretenir votre installation intérieure.
 

image

texte

Entretenez votre installation

Il vaut mieux prévenir que guérir. Ce proverbe est également valable pour votre installation privée de distribution. Pour bien entretenir votre installation privée et éviter tout problème, nous vous conseillons de faire régulièrement les vérifications et nettoyages suivants (par vous-même ou votre plombier) :

  • Vérifier le bon fonctionnement de vos clapets anti-retours et vannes d’isolement
  • Nettoyez vos éventuels filtres selon la périodicité conseillée par la marque 
  • Nettoyez les brise-jets et les flexibles de vos robinets (accumulation d’impuretés)
  • Purgez votre réseau et fermez votre robinet au compteur lorsque vous vous absentez plusieurs jours
  • Vérifiez régulièrement votre réducteur/surpresseur
  • Faites un entretien chaque année de votre chaudière et de votre chauffe-eau

Nous conseillons également de rester attentif à toute fuite éventuelle. Pour savoir si vous êtes concerné par une fuite, suivez notre procédure de détection de fuite

image

texte

Protégez votre installation

Protection contre le gel

En Belgique, l’hiver et ses températures négatives peuvent faire des dégâts au niveau de votre installation : compteur gelé, canalisation brisée… Pour éviter ces dommages et les frais liés, lisez nos recommandations et nos conseils pour la protection contre le gel.

Si votre compteur se situe dans la cave, le garage, ou tout autre local technique, il est important de protéger le compteur ainsi que la partie du raccordement visible et les installations intérieures avec des matériaux isolants et, si possible, de maintenir la température de la pièce au-dessus de 0°C. En effet, les isolants ne sont que des retardateurs au gel. Seul le maintien d’une température au-dessus de 0° vous évitera les ennuis dus au gel. Les courants d'air froid donnant directement sur le compteur sont également à éviter.

Si le compteur est placé dans un puisard à l'extérieur, nous vous conseillons de calfeutrer l'intérieur du coffrage avec des matériaux isolants et d'entourer les tuyaux extérieurs d'une gaine isolante

Autres protections

Pensez à protéger votre équipement (installation privée et appareils y étant raccordés) contre les éventuels dommages qui pourraient être causés par des coupures du service de l’eau et variations de la pression. Pour assurer cette protection, nous conseillons de :

  • Vérifier régulièrement le bon fonctionnement du ou des groupes de sécurité liés à l’usage de certains appareils de production d’eau chaude comme votre chaudière et votre chauffe-eau. 
  • Placer systématiquement un réducteur ou régulateur de pression sur l’installation de manière à ne pas dépasser 4 à 5 bars* au point le plus bas de l’immeuble. Ce dispositif doit être installé après le clapet anti-retour. Dans un immeuble à appartements, ces dispositifs doivent être installés à l’entrée du logement et non pas à l’entrée de l’immeuble. N’hésitez pas à vous faire également conseiller par votre plombier.
    *4 à 5 bars : valeur donnée à titre indicatif et à adapter en fonction de la hauteur de l’immeuble à alimenter.
  • Vérifier le bon fonctionnement de votre clapet anti-retour. Il permet d’éviter le retour d’eau non potable, comme les eaux usées, dans le réseau public.
     

image

texte

Remplacez vos canalisations en plomb

En raison de normes strictes imposées par le Code de l’Eau, nous avons un programme de remplacement des raccordements en plomb jusqu’au compteur. Il n’existe aujourd’hui pratiquement plus de tuyaux en plomb dans notre réseau. 

Les canalisations d’eau privées à l’intérieur des logements anciens (construits avant 1960) peuvent parfois être réalisées totalement ou partiellement en plomb. Les logements construits après cette date disposent généralement de canalisations réalisées dans d’autres matériaux.

Il est vivement recommandé de remplacer toutes les canalisations en plomb qui se trouvent dans votre logement. 

En attendant le remplacement de votre installation, nous vous recommandons de laisser couler l’eau quelques instants avant de l’utiliser jusqu’à ce qu’elle soit fraîche. 

Comment reconnaître du plomb ?

Le plomb est un métal gris argent et terne (non brillant). Il a la propriété de ne pas être magnétique (vous pouvez faire le test avec un aimant) et est également très malléable et peu rectiligne. C’est d’ailleurs cette malléabilité qui en a fait, à une époque, un métal prisé pour les conduites d’eau de petit diamètre.

Contrôler ses canalisations d'eau - vue d'une canalisation en plomb

A ne pas confondre avec l’acier galvanisé qui est rigide, généralement gris (voir photo ci-dessous) et donne un son clair quand vous le frappez légèrement. Lorsque vous posez un aimant contre le tuyau, il y reste fixé. Il est parfaitement rectiligne. Avec votre ongle, il est impossible d’y laisser une trace.

Contrôler ses canalisations d'eau - vue d'une canalisation en acier galvanisé

Le tuyau en polyéthylène (matériau « plastique » souvent appelé « Socarex ») est de couleur noire ou/et bleue (voir photo ci-dessous). Il est relativement flexible et rend un son creux quand vous le frappez légèrement.

Contrôler ses canalisations d'eau - vue d'une canalisation en polyéthylène

Le cuivre est en général d’un diamètre inférieur à l’acier galvanisé, il a la couleur caractéristique du cuivre métallique.

Les matériaux de type PEX 

Ces tuyaux ont un aspect synthétique, de couleur blanche ou bleue. Ils sont opaques. Ce sont en fait deux couches synthétiques (interne et externe) complétées d’une partie centrale en aluminium qui n’est pas en contact avec l’eau.  
 

image

Agent CILE station d'épuratyion

texte

Evitez la combinaison de différents métaux au sein de l’installation

Si l’installation est réalisée à l’aide de composés métalliques de nature différente, il y a un risque, en fonction de l’ordre de succession des matériaux, de détérioration de l’installation, qui peut mener à de la corrosion et, ensuite, à des fuites.

L’ordre suivant doit toujours être respecté : plomb avant l’acier galvanisé et l’acier galvanisé avant le cuivre.

En effet, lorsque deux métaux différents sont juxtaposés, il peut se produire le même effet que dans une pile. Les potentiels d’oxydo-réduction étant différents entre les deux métaux, certains électrons vont migrer d’un métal à un autre, causant une corrosion sur le métal le moins noble situé en aval.

Dans la mesure du possible, il convient donc d’éviter cette combinaison.

N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact pour toute question relative à ces aspects.

Pour toute autre question, contactez votre plombier.
 

Entretenez vos citernes d’eau de pluie et vos puits (ressources alternatives)

Tous les logements sont raccordés à l’eau de distribution, mais il est également possible d’utiliser des ressources d’eau dites alternatives. On parle de ressource alternative lorsque l’eau qui circule dans le bâtiment ne provient pas de la distribution publique d’eau. C’est le cas pour les récolteurs d’eau de pluie ou de l’eau d’un puits qui peuvent être présents chez vous. Attention, nous vous rappelons que cette eau n’est pas potable !

Vous pouvez utiliser vos ressources alternatives à l’eau uniquement :

  • Pour les usages extérieurs au logement ;
  • Pour l’entretien du logement ;
  • Pour les WC ;
  • Pour la lessive. 

Une installation mal réalisée est dangereuse, suivez scrupuleusement toutes vos obligations pour une installation correcte et évitez ainsi une contamination du réseau d’eau potable. 

A ce sujet, les dispositifs de protection qui sont réalisés conformément au « Règlement technique concernant les installations intérieures » élaboré par Belgaqua sont agrées par la CILE.

Pour l’entretien de vos citernes d’eau de pluie, chaque année, nous vous conseillons : 

  • De vérifier l’état de propreté du système de collecte (toiture, gouttières) et de les nettoyer le cas échéant ;
  • De nettoyer le filtre situé en amont de la cuve (brosser les grilles et évacuer les déchets présents);
  • De vérifier l’étanchéité et la propreté de la cuve ; 
  • De désinfecter la cuve ;
  • De nettoyer le système d’aspiration des pompes une fois par semaine ;
  • De vérifier le bon fonctionnement des vannes. 

Tous les deux mois, le filtre en aval de la citerne doit être purgé et changé à la fréquence dictée par le fournisseur. 

Pour les puits, des obligations spécifiques existent notamment pour la sécurité de l’accès, la pollution ou la déclaration des volumes prélevés.